Gens

Le marin Roger Armagnac

 

Roger Armagnac 1

Roger Armagnac 2

Roger Armagnac 3

Roger Armagnac 4

Roger Armagnac 5

Roger Armagnac 6

Nous avons rencontré Roger pendant une excursion avec l'association de sauvegarde du Phare de Cordouan. Réputé l'un des meilleurs connaisseurs du phare, il nous conduisit de la lampe, le plus haut du haut, au plus profond du fond de la cave. Suscitant notre curiosité nous lui avons ensuite rendu visite plusieurs fois à son domicile.

Son histoire est si captivante que nous en rapporterons quelques épisodes. Roger est verdonnais de souche, durant la guerre il en a vécu les péripéties. Fuyant les bombardements sa famille fut évacuée à Queyrac puis encore plus loin au sud de Bordeaux. A la fin de la guerre il est revenu au Verdon.

En 1948, aidant son père à refaire les "portes de marée" il rencontra pour la première fois le Phare de Cordouan. Marin à 17 ans, il connut lors de ses nombreux voyages les coins du monde les plus reculés. Effectuant son service militaire en Afrique du Nord, il survécut au grand tremblement de terre d'Agadir. A la suite d'un accident, empêché d'exercer son métier de timonier il commença à s'investir dans la défense du patrimoine local, principalement le Phare de Cordouan mais aussi dans la préservation de l'habitat de la Pointe Médoc. En effet, déjà à cette époque la vie quotidienne et le travail artisanal étaient menacés par l'industrialisation (les élevages d'huîtres par exemple).

En 1960, Roger s'engagea résolument dans la préservation du Phare de Cordouan. Lorsque le gouvernement français envisagea de le vendre aux américains, Roger, en tant que meilleur connaisseur du phare, fut chargé par le maire de créer une association de sauvegarde en recrutant les gens qui avaient les mêmes préoccupations. En 1980, cette association fit obstacle à une nouvelle tentative de vente.

Aujourd'hui, Roger est responsable du musée du Phare de Grave. Il déplore la disparition de beaucoup d'objets originaux du Phare de Cordouan, il aimerait bien que ces objets reviennent à leur place : ainsi le mécanisme de rotation avec ses contrepoids, les lits courbes de la salle de veille, la cloche d'origine, pour ne citer que ceux-là.

Roger est un collectionneur passionné. En plus de nombreux documents sur la guerre et l'après-guerre dans la région il accumule les cartes postales. Ceux qui veulent échanger avec lui seront toujours les bienvenus.

Christian Büttner (Saint Vivien), traduction : Guy-Maternus Schneider