Sauvegarder le phare de Corduouan

 

carte

Le phare de Cordouan joue un rôle éminent dans nos souvenirs personnels médocains. Déjà au temps de nos aller-retours pour nos séjours de vacances dans le Médoc, alors que nous ne connaissions pas beaucoup la région, le phare marquait pour nous le passage du continent au « Paradis ». La perspective du bac sur les eaux de l’embouchure de la Gironde faisait obligatoirement partie de chacun des voyages de l’Allemagne vers le Médoc ; c’était impossible de « faire sans lui ».

Maintenant que nous habitons ici, nous voyons moins le phare mais d’autres emblèmes sont arrivés au premier plan. Notre préoccupation pour sa sauvegarde qui nous avait amené à adhérer à l’association s’occupant de sa conservation, a cédé au soulagement de ne plus avoir qu’une association de bénévoles pour se charger de son entretien, mais plutôt pour sa promotion et le maintien d'un gardiennage toute l'année - grâce à l’intention de l’Etat de demander son accueil dans l’héritage culturel mondial de l’UNESCO. Notre engagement dans cette association qui compte aujourd’hui plus de 400 adhérents de toutes les parties du monde, date de l’époque où nous luttions encore pour savoir qui de l’Etat ou d’organisations semi-étatiques, devait prendre en charge le phare. Il n’était pas encore question de l’UNESCO. Pour nous, il semblait tout simplement impératif de nous engager pour la sauvegarde du phare quel qu’en soit le moyen, si bien que nous sommes entrés dans l’association « Sauvegarde... ».

Nous avons proposé de créer un site web approprié pour assurer la promotion auprès d’adhérents aussi éloignés et Christian a été élu, peu de temps après, dans le conseil d’administration. Même si au départ, il comprenait peu des réunions, il y avait toujours des domaines dans lesquels il pouvait apporter ses connaissances et ses propositions. Nous avons par exemple mis en place une première traduction dans l’exposition du musée de Cordouan. Et puis nous avons établi un contact avec l’association du phare de Hambourg dont les adhérents ont été invités au Verdon et au phare de Cordouan. Cette association a rendu la pareille en invitant le président de l’association locale, Jean-Marie Calbet.

Cordouan 2
quelques membres du CA en préparant
les invitations à assemblée générale

Plus tard, nous avons fait de nombreuses vidéos ayant pour thèmes les manifestations culturelles autour du phare de Cordouan et rédigé des articles qui sont parus dans notre site Médoc actif, sans oublier les coups de main pour accroitre les forces vives par exemple pour transporter des tables et des chaises, en vue de festivités autour du phare de Grave ou pour entretenir le bateau de transport acquis entre temps.

Après que l’engagement de l’état a été en place par le biais de l’organisation SMIDDEST (Syndicat mixte pour le développement durable de l'Estuaire) et de la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles), l’avenir du phare de Cordouan semble assuré. L’association a maintenant donné priorité au musée et au phare de Grave. Comme le phare de Cordouan est maintenant ouvert aux visiteurs d‘avril à octobre, il était bienvenu d’installer la projection de la vidéo à son sujet dans le musée. Le challenge suivant sera la préparation des élèves à la visite du phare.

Les travaux actuels de restauration du phare de Cordouan seront bientôt terminés. De nouveaux adhérents plus jeunes se sont engagés activement dans le travail du CA et nous - après presque 10 ans - nous pouvons passer le témoin sans arrière-pensée.

Christian Büttner/Elke Schwichtenberg (Saint-Vivien), traduction : Odile Henneguelle