Des masques contre le coronavirus – on participe !

 

carte

Masken gegen Corona 1 Masken gegen Corona 2
Masken gegen Corona 3 Masken gegen Corona 4

Récemment, pour cause de déménagement dans un appartement plus petit, j’ai vendu ma machine à coudre – c’est ma grand-mère qui me l’avait offerte pour mon mariage. J’ai pensé que je ne m’en servirais plus, mais je l’avais utilisée pendant tellement d’années qu’il ne m’a pas été tout à fait facile de m’en séparer. Et voilà maintenant le coronavirus…

Dans le Médoc, là où nous vivons, il n’y avait pas, jusqu’à présent, de signes de propagation du virus, voire de situation critique dans les cliniques, de manque de respirateurs. Mais nous avons entendu parler de la ruée des Parisiens vers la côte atlantique, suite au confinement, et des interdictions d’accès étendues aux plages (qui nous sont fermées à nous aussi maintenant). Et au fil des jours, on a vu de plus en plus de gens avec des masques, et qui commençaient de façon manifeste à respecter les distances, et alors nous aussi nous nous sommes préoccupés de nous protéger, nous et notre entourage.

Mon mari a donc proposé de suivre cette tendance : nous devrions porter des masques quand nous allons faire nos achats au village, afin de manifester un signe de prudence. Et il a tout de suite proposé d’en coudre, puisqu’il n’y en avait plus à la pharmacie. Mais … sans machine à coudre ? Nous avons demandé à notre voisine : oui… elle en avait une et nous la prêterait volontiers. Et nous voilà donc penchés sur le guide de fabrication que nous avions trouvé sur Internet.

Mais ce n’était pas ma machine, et il a d’abord fallu se familiariser avec la technique propre à celle-ci avant de réaliser un premier exemplaire-test. Etre actifs dans cette crise du coronavirus était déjà très motivant, mais en plus, nous avons pris beaucoup de plaisir à cette confection. Même si la canette s’est vidée juste avant de pouvoir finir le troisième masque pour notre voisine. Impossible d’arriver à regarnir la canette, ce n’était pas notre machine ! Et donc nous l’avons rendue à la voisine, avec le masque pratiquement terminé, toutefois !

Maintenant, nous portons nos masques quand nous allons dans un magasin, ou si nous devons croiser des gens dans la rue. Si ça nous donne un sentiment de sécurité ? Pas vraiment… Et on ne peut plus voir nos sourires sympathiques, quel dommage !..

2020 Elke Schwichtenberg (Saint-Vivien), traducion : Jacqueline Tabuteau


Commentaire : #1

Vous avez envie d'écrire un commentaire? Cliquez ici

4