POURQUOI sommes-nous ici ? Un engouement subjectif

 

Dignac la côte d’argent en 1980, un pur hasard. aussi une histoire d’amour foudroyant. tant de vacances passées, puis une maison en bord de mer. une vieille grande ferme dans un parc à partir de 1989. beaucoup d’espace grand calme belles lumières le vin d’abord durant les vacances universitaires (après tout, ça fait plusieurs mois) des travaux artistiques intensifs ; également avec des étudiants et participants à la « petite académie » que nous avons créée ici, grit et moi.

la maison est spacieuse, la cuisine immense, et doit l’être. un « atelier » et fort utilisé. souvent des invités. bien manger – bien boire – bien causer. le parc, des arbres centenaires « magnifiques » et l’atelier qui grandit tout doucement. un rêve. nous vivons ici avec cinq chats et onze poules nous sommes collectionneurs ! depuis cinquante ans ou plus. des objets de nos voyages à travers l’asie ou les marchés aux puces d’ici. toute la grande maison est remplie et partout nos tableaux, ceux de grit orientés à la matière, pas le miens. des milliers de photos dans l’ordinateur. tours dans le médoc, à travers des dessins que je voie partout. si je ne le savais pas mieux je dirais « les dessins, ici, se dessinent tous seuls » et encore : la lumière est fascinante à toute heure de la journée. des incitations sans fin ; beaucoup de peinture dans le médoc, mais peu d’artistes. peut-être comme partout à la campagne. à la campagne. des prés avec du bétail. « blonde d’aquitaine » chevaux, ânes, moutons et chèvres. ça a l’air si sain et délicieux. les fermes aquacoles nous gâtent avec leurs gambas, les pêcheurs avec leur prise fraîche de la journée. des prés avec vanneaux et huppes, une paire de cigognes tout proche, la fameuse palombe. nous aimons être ici.

ici. c’est dignac au cœur du vignoble ou presque juste au bord de la gironde, puissante, couleur de glaise et d’une énorme largeur impressionnante pas tellement plus loin l’atlantique. encore plus puissant, rugueux très impressionnant. canaux vers la gironde. petits ports souvent. dépendant des marées. depuis quelques années pleins de bateaux nous le remarquons bien : les touristes ont apportés de la prospérité. le marché du mercredi. français en hiver, babylonien en été. le marché de monta, seulement en été et toujours babylonien, avec une forte proportion allemande. les huitres appellent, le vin aussi. et tout pour la plage

la plage, la côte d’argent, ça semble sans fin de la pointe de graves jusqu’à biarritz. plein même pas en été. des forêts de pins, immenses même après la tempête de 1999. de vieilles maisons, en ruines ou en bonne voie de restauration. des maisons pour « une vie » se donnent rendez-vous dans des lotissements d’après des plans guère reconnaissables. feng shui à la médocaine. ça ne vivra pas vieux. mais les châteaux sont impressionnants. nous aimons être ici. nous sommes vieux maintenant. malgré tout nous avons vendu notre maison

Wil Sensen (Dignac) traduction : Claudéa L'Hoëst