Trouvailles aux vides greniers

 

carte

Depuis tout jeune j'ai toujours bien aimé faire revivre les choses. Mes parents m'ont appris à ne jamais rien jeter. Et maintenant j'aime bien détourner les choses de leur usage, comme faire de la mosaïque avec le buste de femme que j'ai achetée. Je veux faire des collages avec des partitions de musique. J'aime bien bricoler avec mes mains.

J'aime la présence de l'eau par exemple, le long d'un canal. Je suis allée en Charente avec mon vélo et deux sacoches et me suis dirigée vers Saintes. Là, il y avait un vide-grenier le long du canal. C'était fabuleux l'atmosphère! Il peut se passer deux ou trois ans sans rien trouver et à un moment donné tu trouveras la chose exceptionnelle. On ne va pas au vide-grenier en cherchant précisément quelque chose. Pour les vides-greniers aux alentours: C'est tellement bizarre, tu ne peux pas dire ce que tu trouveras ni ce que tu vendras.

En regardant Vide-grenier 33, on trouve les vides-greniers de la région et les ventes aux enchères. La plus belle chose que j'ai achetée à Saint Vivien, c'est une aquarelle. Au Verdon il y a un vide-grenier sympa. Là j'ai acheté un vélo BOBET pour 5 euros. Je connais quelqu'un de la région parisienne qui n'a pas beaucoup d'argent et qui cherchait un vélo. Je l'ai appelé en lui disant "j'ai un super vélo pour toi..."

Il y a toujours des histoires intéressantes : Une femme arrive, regarde le CD que j'ai acheté. C'est un groupe de Bordeaux et ce n'est mal ce qu'ils font. Elle me dit "je les connais, c'est mon gendre qui joue !" Pour un Allemand qui habite Eysines j'ai trouvé un siphon ancien très difficile à trouver pour 15 euros. Et je lui ai acheté 4 Solex car il les répare.

Hier, je suis allée à Bordeaux, au quartier Saint Michel. Là, on a du tout venant. Les gens vident les maisons, et reviennent avec des caisses pleines sans les ouvrir. C'est posé par terre et il faut aimer fouiller. On pénètre dans la vie privée des gens. Hier je tombe sur un gros déballage, il y avait un système qu'on fixe dans le mur avec une grande et une petite poulie avec un bras extensible en métal avec l'adresse du fabricant. C'était très vieux. Mon idée c'était de faire une lampe mobile et extensible, j'étais en train de regarder et d'imaginer. Un homme s'approche, je lui dit "d'après le vendeur cela appartenait a un dentiste" il me répond " Oh, j'ai mal aux dents ! " J'ai voulu marchander mais il n'a pas céder.

Christian Desoutter (Grayan)