Expedition de pêche pascale

 

carte

Vendredi : Départ du port de Pauillac dans le petit matin calme. Météo favorable : vent et soleil. Bateaux chargés de vivres, boissons, cannes à pêche et hameçons. Le vent aidant, réglage des voiles : Cœur Grenadine (3 personnes), Moby Dick » (2 personnes) et Vent d'Ouest (2 personnes) pour une mini régate, en gardant un contact sur la VHF canal 72 afin de rallier Port Médoc où nous rejoindra Jedak (5 personnes) basé à Port Bloc. Ça le fait (3 personnes) et Folie Douce (2 personnes / 3 chiens) emprunteront la marée descendante du lendemain pour venir pêcher avant Bonne Anse.

Après avoir tiré des bords dans le chenal, arrivée vers 14h à Port Médoc Jedak arrive prêter main forte pour affûter les engins de pêche : démêler 30 m. de filin et y accrocher à distance régulière les hameçons, sans rien emmêler, c'est pensé (par Captain Jacques) !

En soirée, Vent d'Ouest va poser la ligne derrière les grues du Verdon : opération particulièrement délicate ! Il s'agit de dérouler le fil de pêche équipé de sa trentaine d'hameçons sans se blesser. Après une heure d'attente soit au mouillage soit à la voile, on relève la ligne et... déception : les appâts sont intacts, les poissons n'ont pas voulu jouer avec nous. Accompagnés d'un somptueux coucher de soleil, un super apéro concocté par Jocelyne nous consolera, pris sur le ponton par les 21 'navigateurs' qui se réchauffent au récit de leurs exploits. Trop nombreux pour en envahir un seul, chaque équipage dîne à son bord.

Samedi : Camille intègre le groupe avant la sortie de Port Médoc - petit vent - avec la marée descendante, en direction de la passe Sud pour des heures de pêche mais avec des options autonomes, jusqu'au moment d'emprunter le chenal de Bonne Anse à la fin du montant. Hésitations à trouver l'entrée marquée des deux bouées initiales. Un bateau sortant nous éclaire, tout va mieux : plus qu'à suivre les bouées vertes et rouges. Le premier renseigne les suivants et toute la flottille s'enfile dans l'étroit passage tortueux au pied de la digue. Les 6 bateaux amarrés, on fait les comptes : 14 + 3 + 1 + 3 maquereaux et 1 orphie qui accompagnera le champagne offert par François en guise d'apéro, on ne se refuse rien !

Dimanche, c'est Pâques : Comme les cloches revenues, petit salut pascal DU phoque de Bonne Anse sous le fanion d'entrée du port devant un héron pétrifié qui nous nargue d'un plongeon magistral et victorieux : belle, sobre et efficace leçon de pêche en un seul coup de bec. Aussi fructueuse, est la chasse aux œufs sur les ponts des bateaux ! Après avoir déjeuné à bord, envol l'après midi vers l'intermède pêche à pied : palourdes, moules, huîtres, etc . Bain de boue debout assuré, certains ont failli y laisser les bottes. Encore des fruits de mer au restaurant, orgie de moules : à la crème, marinières, au curry...

Lundi de Pâques (aussi) : Dès 9h30, sortie de Bonne Anse à marée montante par les 5 voiliers à la queue leu leu : Ça le fait barré par Florence, Cœur Grenadine par Cathy, Folie Douce par Cécile, Moby Dick par Isabelle, et enfin Vent d'Ouest par Christine, QUE des filles ! Voiles hissées sitôt la fin du chenal balisé, entraînés par le courant montant, on tire de petits bords dans le vent frais et irrégulier du Nord, certains pêchent de nouveau et cela, plutôt fructueusement. Jedak nous aidera au ponton, sommes impatients de tout nous raconter. MAIS... Incident de parcours : Ça le fait mouline ! Il réussit à se mettre au mouillage devant la plage de Royan. Jedak vient le prendre à couple et le rentre délicatement dans le port. Après inspection aquatique, sous l'étrave : l'hélice répond : absente ! Comme réconfort, grandissime apéro au TI PUNCH sur les pontons. Déjeuner vagabond sur les bateaux.

Siestes et balades à Royan dans le désordre. Vers 15 heures, Ça le fait sort tracté par Jedak, direction Port Bloc où il sera récupéré au ponton du chantier. Par chance, le vent est favorable. Départ des autres à 17 heures, peu de courant - bon vent arrière. Navigation tranquille à la voile en suivant les côtes charentaises de Saint Georges et Meschers jusqu'à Talmont puis en traversant cap au Sud pour arriver au niveau de Port de By. En bordure de chenal - vu le passage des cargos. Cœur Grenadine essaie un grand spi asymétrique, spi pour Brame Hame, voiles en ciseaux pour les autres. Insidieusement le vent faiblit, les tissus descendent au profit des moteurs. Les bateaux arrivent au port de Pauillac à la nuit tombée et y remarquent le peu d'éclairage. Ils évitent les barges des travaux et les bouées non éclairées. Christine ne reconnait pas les pontons. Mais, OUF, à 22 heures, tout est rentré dans l'ordre sans nouvel incident notable.

Quel bon WE de Pâques. Quand est-ce qu'on recommence ?

Sylvie Mangoneaux (Pauillac)