Nos auteurs français

 



A



Amiot, Guy
Guy Amiot Après une carrière effectuée dans une grande entreprise informatique (IBM) qui m'a fait voyager un peu partout dans le monde, je finis ma carrière à Bordeaux comme responsable du SAV pour le grand Sud-Ouest en 1995 et m'installe dans le Médoc que j'apprécie tellement que j'y suis resté. La vie relationnelle que j'avais eue pendant ma carrière professionnelle me manque et je décide d'essayer de mettre en place un jumelage entre Castelnau-Médoc et une ville anglaise car je maîtrisais plutôt bien l'anglais. J'adhère au Comité de Jumelage franco-allemand de Castelnau pour voir "comment ça marche". La relation avec les partenaires allemand m'enchante, j'abandonne l'idée du jumelage franco-anglais et après quelques années, je deviens le président du Comité de Jumelage avec Bad Sachsa (Niedersachsen). Avec ma compagne, nous nous mettons à l'étude de la langue allemande sur internet (http://toutapprendre.com) et nous nous débrouillons pas trop mal! J'essaie de maintenir et même développer l'étude de la langue allemande pour les jeunes en mettant en place un échange scolaire entre les deux établissements scolaires en 2004. Beaucoup de succès dès le début car le nombre d'élèves apprenant l'allemand est relativement élevé. Mais cet échange a ses hauts et ses bas. J'ai dû faire appel à d'autres collèges pour avoir un nombre suffisant d'élèves car la demande à Bad Sachsa pour la langue française est beaucoup plus forte que chez nous pour l'apprentissage de la langue allemande. De plus les jeunes allemands deviennent beaucoup plus rapidement autonomes en français que l'inverse (méthodes pédagogiques, peut-être, mais quoi qu'il en soit le résultat est évident. Les classes d'allemand ferment doucement mais sûrement les unes après les autres! Saint-Aubin, Arsac, Hourtin, Pauillac l'année prochaine. Je crains pour Castelnau qui, en 2011 n'aura que 7 élèves en section allemand en 4ème. Je cherche des solutions et des volontaires pour pérenniser cet échange et au-delà les relations avec notre pays partenaire l'Allemagne.

Emeraude Aparis-Maquet
Originaire des Hautes Pyrénées, la vie me pose aujourd'hui à l'embouchure de la Gironde et de ses mattes, à la pointe du médoc et ce après moult destinations en France ou à travers le monde. Ce que j'aime: Partager avec les gens du cru ou les estivants, deux facteurs importants : Ma cuisine et ma peinture. Dans un cadre où les deux se mêlent , entre amis ou en famille c'est avec plaisir que je vous accueille au Relais des Mattes à Talais. Ma philosophie de vie est la suivante : Capter l'instant présent, vivre au plus près de la nature, être à l'écoute et apprendre toujours de l'autre. Etre soi.

Arias, Vincent
Vincent Arias Originaire du Pays basque, je suis arrivé dans la pointe du Médoc en 2006. J’ai été conquis par l’espace et la liberté qu’on y trouve. Amateur de voile, je pratique ma passion hors saison au départ de Port Médoc, sur l’Estuaire, formidable plan d’eau, ou vers le large. J’ai aussi été saisi par les personnages - originaires d’ici ou d’ailleurs - qu’on y ren- contre dans cette terre du bout du monde. Personnages à tiroirs, vies à rebondissements de gens qui ont choisi de vivre là. Avec mon associée, nous avons créé en 2007 la Cabane du Port au port ostréicole de St Vivien, bar à vins et crêperie bretonne, où nous essayons ’offrir à nos clients un peu de ce plaisir de vivre et cette légèreté du temps que nous connaissons ici.

Aubenau, Pascaline
Installée définitivement dans le Médoc après un long séjour à Bordeaux, je retrouve les plaisirs d'une enfance passée sur ce petit coin de terre. Depuis cinq générations, ma famille maternelle est implantée à Saint Seurin de Cadourne où je vis dans la maison de mon grand-père. Une vie professionnelle consacrée à l'enseignement m'a tout naturellement orientée vers l'écriture et la lecture. L'histoire et l'archéologie me passionnent et je suis curieuse de tout connaître de l'histoire de notre presqu'île.J'aime ce Médoc, terre sauvage qui regorge de mille secrets !

B



Badot, Nicole
Je suis née dans le Médoc, à Queyrac c'est-à-dire à la campagne au milieu des vignes. Mes parents sont venus s'installer au Verdon alors que j'avais quatorze ans. La découverte de ce village fut alors pour moi un coup de foudre. Toute une vie était axée autour de l'huître, des pêcheurs, des détroqueuses, des produits de la mer. Il y avait aussi la plage de la Chambrette et la plage océane. J'ai dû quitter ce village pour raison professionnelle. Aujourd'hui à la retraite je me suis installée définitivement et je retrace,à travers l'écriture et la poésie, les sentiments que j'éprouvais au cours de ma jeunesse. La vie des détroqueuses était rude mais en même temps ces femmes, au franc parler, étaient joyeuses. C'était une vie que nous ne retrouverons jamais plus.

Béziers, Agnès
Agnès Béziers la présidente, se fait volontiers lyrique pour évoquer sa « drogue », à laquelle elle voudrait convertir d'autres adeptes d'une vie saine. Depuis sa création, GR La Pointe s'est efforcée d'étoffer les effectifs - actuellement une centaine -, de faire connaître la région à d'autres clubs, de faire découvrir la rando sous différents aspects par le biais de manifestations variées telle que la randonnée nocturne, la randonnée de la pleine lune sur la plage, la découverte des régions et la rando dégustation. G.R La Pointe est affilié à la Fédération française de randonnée pédestre.

Bart, Franck dit
Je suis Franck dit Bart installé à la Pointe du Médoc depuis quelques années, écrivain avec un premier roman publié : « Carl et les vies parallèles » aux feux éditions Michel Champendal en 2006 et chroniqueur pour le Mague sous le pseudo de la Singette Missdinguette pour les rubriques : actu D.V.D., cinéma, littérature, musiques, société, « Gens du Médoc. ». Pour cette dernière je raconte des lieux, des situations, j’interviewe des personnes originales et singulières dans tous les domaines (création, santé, vie associative et autres). Je cherche à donner la parole à des personnes qui ont quelque chose à dire et à vivre et sont impliquées dans le Médoc. Avis aux amatrices et aux amateurs. Je fonctionne sur le mode des affinités électives et je suis très attaché à l’amitié franco allemande. Je me réclame également du mouvement expressionniste « die Brücke », qui a su dresser un pont entre tous les domaines de la création en liberté et plus particulièrement de Ernst Ludwig Kirchner. Avec mes salutations fraternelles à toutes et à tous dans la joie de vivre dans le Médoc, pour sûr!

Becker, Jörg
Après avoir visité différentes régions en Europe (Provence, Corbière, Costa Vicentina/Algarve de l'ouest, Palma de Majorque, les Canaries) afin de m'établir pour la seconde moitié de ma vie, je me suis décidé pour la Pointe du Médoc. Je connais cet endroit depuis 25 ans et cela me fascine toujours autant. Maintenant j'y habite depuis 2 ans avec ma femme Anja et d'ici, je continue à travailler comme architecte indépendant et artiste de photo (photographe d'art) comme je le fais depuis 30 ans.

Boncoeur, Claude
Claude Boncoeur, originaire de la station balnéaire d’ Hourtin, s’adonne à la peinture de puis de nombreuses années. Près de 30 tableaux récapitulent l’évolution de son oeuvre , mélange de paysages médocains et landais, de scènes de tauromachie et peintures abstraite ou figuratives, ces tableaux sont tous travaillés au couteau ou à la bombe.

Büttner, Christian
Après une carrière comme psychologue, chercheur et conférencier auprès du « Peace Research Institute Francfurt » et professeur universitaire chargé d’un projet de recherche et développement en pédagogie de la paix et psychologie des conflits à l’école d’enseignement supérieur de Darmstadt, après plus de trente ans d’activité dans ce domaine passionnant, je me suis retiré pour vivre ma retraite principalement dans le Médoc. C’est là que déjà à partir de 1976, nous avions à maintes reprises passé nos vacances, d’abord au centre Euronat, puis sur le camping municipal de Montalivet jusqu’à pouvoir acquérir notre première résidence à Euronat. Partant de là, nous avions réussi à nous installer au cœur même du Nord Médoc et aujourd’hui nous sommes heureux quand nous accueillons chez nous famille et amis. J’aime le Médoc, pour sa paix, surtout dans la « petite Camargue » entre Talais et Soulac, pour son air pur, sa côte atlantique merveilleuse. Entretemps j’y ai trouvé ma place, tout comme d’autres retraités venant des quatre coins de l’Europe, que ce soit dans des associations ou auprès d’amis un peu partout dans cette belle région.

C



Cabirol, Isabelle
Après 45 ans de vie francilienne, je suis venue m’installer avec toute ma petite famille dans le Médoc, ce pays aux paysages multiples et fascinants. J’aime le contact et me passionne pour les langues étrangères, ma première orientation. J’en suis ainsi venue à donner des cours d’allemand à des adultes et à faire partie de l’équipe des Cafés Polyglottes à Lesparre-Médoc.

Carrat, Vanessa
Vanessa Carrat est déjà organisatrice d'événements dont le but principal est de créer des liens entre les professionnels du Médoc afin de valoriser la région dans tous les domaines : « Je veux rassembler les compétences de notre territoire et promouvoir l'énergie du Médoc ». En 2015 elle a ouvert (avec son mari Thierry) la poissonnerie L'HISTOIRE D'EAU à Lesparre-Médoc, à la sortie nord de la ville.

Casabon, Simone
Je suis médecin remplaçant, spécialisée en homéopathie. Revenue sur " mes terres " après de longues vadrouilles à travers le monde, je refais connaissance avec la Gironde, et le Médoc où je vis, au sud de Lesparre que certains considèrent comme....terre étrangère.....mais dont j'aime les grands espaces et cette ouverture vers l'océan qui est peut-être à l'origine de mes désirs d' ailleurs.Alors, appareil photo en main, j'explore et (re)découvre. Merci à Medoc-actif de m'accueillir.

Calbet, Jean-Marie
Calbet
pris par : http://www.youtube.com/watch?v=zp6gAFnjZv0

Cateland, Georges-Henri
N’aimant pas parler de moi, je fais des photos qui en disent plus qu’un long discours, c’est bien connu. Dans le Médoc, je photographie tout ce que je peux à partir du moment où il y a une dynamique, une histoire, une âme. Alors pour transcrire l’émotion je fais des panoramiques et j’envoie mon appareil dans les airs au moyen de mon cerf-volant ou de mon mât télescopique, c’est mon dada. Paul Klee disait : l'art ne décrit pas le visible, il rend visible.

Chardon, Gwénaelle
Je suis auto-entrepreneur dans le coaching sportif auprès de tout public. La marche nordique fait partie de mon activité professionnelle. Elle a débuté en juillet et rassemble aujourd'hui 36 adhérents. Cette activité sportive est ouverte à tous: jeunes, moins jeunes, femmes et hommes. A chaque nouveau adhérent, je prends le temps d'expliquer l'historique de la marche nordique, ses bienfaits, ses atouts, sa technique et c'est parti pour quelques exercices afin d'aquérir le geste de propulsion avec les bâtons.

Coriton, Héloïse
En fin de parcours universitaire à Sciences Po Toulouse, Héloïse a eu l’occasion de passer 2 mois en Guadeloupe dans une association de préservation des tortues marines et 6 mois à Rome pour un stage à la FAO sur un projet de développement durable des montagnes.

Crété, Arnaud
En 1984 je suis arrivé au Château Listran, domaine qui était laissé à l'abandon depuis quelques années mais très prometteur! Un joli potentiel que nous avons mis en valeur pendant 20 ans: Aujourd'hui 28 hectares de vignes produisent un grand Médoc souvent médaillé ainsi que quelques chevaux qui se partagent le reste des terres avec une vingtaine de vaches Charolaises..

D



Debourg, Jean-Claude
Je suis originaire de Pauillac. J'ai commencé a travaillé très tôt, déjà à 12/13 ans je vendais des frites, puis plus tard je suis devenu moniteur dans un centre de vacances. Ma vie professionnelle d'adulte débuta au restaurant de la Dame de Coeur jusqu'à ce que je parte à Bordeaux pour faire mon armée. A peine mon temps terminé sous les drapeaux que je rempilais dans la restauration pour trois années consécutives, toujours sur Bordeaux. Puis l'appel du grand large sonnant, je me suis installé à Soulac, me suis marié et je suis devenu papa. Je n'y faisais que les saisons d'été car Soulac était ville morte durant la période de l'hiver, alors je partais faire les saisons à la montagne. Puis un jour, j'ai posé mes bagages définitivement à Soulac et voilà 30 ans que j'y suis, presque une vie. Mais l'hiver au bout des terres est très long, alors pour passer le temps j'ai commencé à fabriquer une maquette de villa Soulacaise puis deux et aujourd'hui je continue. A cette époque, je partageais mon temps entre les clients et mes maquettes. Je m'installais dans un coin du bar, et certains clients s'approchaient pour regarder, alors chacun y allait de ses commentaires. Puis un matin, j'ai remisé tout mon matériel ailleurs, au grand regret des habitués, mais la construction des maquettes faisait trop de poussière et la tenue d'un restaurant n'était pas compatible avec ça. Encore aujourd'hui, on peut voir dans mon garage, un empilement de boîtes fermées, de cartons, et quelques maquettes. Il est arrivé que je participe à des expositions, et c'est comme ça qu'un jour mes villas Soulacaise ont paradé fièrement à la capitale. Mais cette expérience parisienne m'a montrait combien il est difficile de déplacer toutes ces maisons même miniatures.

Del, Jean-Claude
J'ai bientôt 70 ans, je suis retraité, et j'habite le Médoc depuis 13 ans. Le Médoc est le pays de ma femme, et moi je suis né et ai vécu à Paris où nous nous sommes rencontrés. J'ai toujours été un peu fasciné par l'Allemagne et sa culture. Enfant, j'ai souvent hélas entendu mes parents se remémorer l'Occupation et cela laisse des traces. Plus tard, j'ai eu la chance de faire connaissance avec les pays germanophones : l'Autriche où j'ai fait mes débuts à ski (au Tyrol) et l'Allemagne où j'ai fait mon service militaire (à Baden-baden) et plus tard de la montagne (à Berchtesgaden). Ces nombreuses occasions de rencontrer des germanophones m'ont laissé une grande frustration : celle de ne pouvoir communiquer avec eux dans leur langue. Alors, étant devenu retraité, je me suis dit que c'était l'occasion ou jamais d'enfin pouvoir apprendre l'allemand et d'essayer de le pratiquer. Depuis 8 ans, je suis les cours de Lesparre et comme le Médoc est un lieu de prédilection pour les allemands, j'ai vite pu mettre en pratique mes connaissances, tout simplement en me liant d'amitié avec mes proches voisins venus d'outre-Rhin. Voilà mon histoire. Tisser des liens avec des allemands a été pour moi un grand enrichissement et j'espère bien que ça va continuer.

Dubost, Sylvaine
J'habite Lesparre depuis 1982. Ma profession : Agent de maîtrise dans le bâtiment et correspondante de presse locale du quotidien régional SUD OUEST - rubrique de LESPARRE-MEDOC. LesparreJe suis mariée et j'ai une fille. Sur mon site-web LESPARRE MEDOC 1909 - 2008 j'ai voulu dédier à mes recherches sur Lesparre-Médoc, de 1909 à 2008. J'ai choisi cette période, longue de 99 ans, parce qu'il m'a semblé essentiel de retracer la majeure partie du 20ème siècle qui est la source même de la ville que l'on connaît aujourd'hui. En balayant cette période des faits, mineurs et majeurs, j'ai la volonté de figer ce passé qui n'est pas encore de l'Histoire; mais qui, tôt au tard, le deviendra. Aujourd'hui, malheureusement, les témoins du 20ème siècle, disparaissent et j'ai souhaité collecter, dans un premier temps, toutes les informations auprès des habitants ou d'anciens résidents de la commune qui ont, à un moment donné, participé, soit à la vie municipale, associative ou simplement quotidienne de ce qui a été, jadis, la Capitale du Médoc.

E



F



Fontana, Anne
J'habite dans le Médoc depuis 8 ans, et je ne connais pas de lieu aussi accueillant que le centre socio-culturel des Tourelles. Je m'y rends régulièrement avec mes 2 garçons de 4 ans et 5 ans, pour participer à toutes sortes de rencontres conviviales: cueillette de champignons, concerts, atelier couture, atelier cuisine... J'y ai également créé une chorale en septembre 2014. Dans ce monde que je trouve très individualiste et matériel, c'est ce qui compte pour moi: le partage et la rencontre. Ce sont les valeurs que je veux faire partager à mes enfants.

G



Gadrat, Aurélien
Originaire de Bordeaux, Aurélien de formation logistique en agro alimentaire travaille depuis 2 ans dans l'aéronautique. Deux voyages à vélo ainsi que une grande envie de changement l'on convaincu de fonder ce projet.

Gibiec-Oberhoff, Oswald
Nach dem Studium an der Folkwang Schule für Gestaltung. Designer bei den Olympia Werken in Wilhelmshaven, dann bei Vorwerk in Wuppertal, 1982 der Sprung in die Selbstständigkeit, was auch 27 Jahre gut geklappt hat - und jetzt Ruhe??? 1960 das erste mal in Paris, 1966 am Atlantik angekommen. Trotz vieler Ausreißversuche nach Italien, USA, Griechenland etc. immer wieder ins Médoc zurückgekehrt. Und dabei soll es auch bleiben!

H



Haberts, Maren
Maren Haberts 2011 habe ich mein Abitur gemacht und im Jahr 2012 strebe ich ein Studium an. Um leichter eine Entscheidung fällen zu können, in welche Richtung ich studieren möchte, nutze ich die Zeit bis zum Studienbeginn, um Praktika in verschiedenen Bereichen zu machen. Von September bis Dezember habe ich nun ein dreimonatiges Praktikum auf dem Pferdegestüt Elevage des Artigues gemacht, welches mir sehr gut gefallen hat. Zu meinen Hobbys zählen reiten und Volleyball spielen.



Hérédia, André
André Hérédia Musicien amateur Canaulais, guitariste-chanteur engagé dans le mouvement musico-culturel, André Hérédia est co-fondateur et président d’une association active sur Lacanau et ses environs pour la promotion de la musique et des arts de la scène pour tous les âges et tous les niveaux. D’origine espagnole de par son grand-père, né à Narbonne et arrivé à Lacanau en 2001, André Hérédia qui parle français, espagnol et anglais peut s’appuyer sur son expérience en droit, management et animation. Riche d’une expérience de dix ans comme directeur de centres de vacances dans tout l’hexagone, il a décidé de s’investir pleinement dans le mouvement associatif et culturel. André est père de deux adolescents également musiciens et il aime partager avec sa famille et ses amis son amour pour la nature, la convivialité et la musique et contribuer au rayonnement de la culture en milieu rural au profit du bienêtre, de l’entente et de la paix.

Hordé, Pierrick
Le docteur Pierrick Hordé est allergologue. Auteur de nombreux ouvrages, dont Asthme et allergies pour les nuls, publié chez First, et, avec Claire Gabillat, Patients, tout ce qu’on vous cache, édité chez Flammarion, le docteur Pierrick Hordé est également responsable de Santé Médecine, un site d’information communautaire grand public et participatif.

Hourcan, Serge
Après une carrière professionnelle effectuée en région parisienne (cadre à la RATP) je suis revenu "plein d'usage et raison vivre entre mes parents le reste de mon âge" (dixit Joachim Du bellay) au moment de ma retraite. Car je suis médocain, né à Hourtin, avec une petite enfance à partir de 5 ans dans le village de Saint-Isidore (commune de Naujac sur mer) où mon papa était résinier, métier aujourd'hui disparu. en 1997, inscrit à l'atelier théâtre du centre culturel de Lesparre j'ai rencontré Jean-Pierre Gauffre qui était en train de créer le "Journal du Médoc", et j'en suis devenu le correspondant pour Lesparre et sa périphérie.

I



Icart, Vanille
Mes premiers pas sont médocains, mes foulées d'adultes se feront brésiliennes et c'est le rythme de la samba qui durant de longues années accompagnera la jeune femme que j'étais, vers la mère que je suis devenue. Forte de mes expériences maison bleueamazonienne je met fin à mon exil. Remplie de la chaleur des Tropiques je m'enracine à nouveau dans ce sol médocain. Ma nouvelle acclimatation sur les pas de mon enfance n'est pas simple, je dois réapprendre une culture devenue étrangère pour moi. Après quelques déroutes, je finie par retrouver le chemin qui me mène vers une nouvelle vie, nouveau compagnon, second enfant, de nouveaux amis, un nouveau travail, nouveaux engagements citoyens, associatifs et politique. La douceur des rayons de soleil printaniers verront reprendre l'activité des randonnées que j'organise avec mon association Vertheuil Patrimoine et Avenir. Je ne manquerai pas de vous informer pour la première sortie. Bien activement à tous.


J



Jacqueline
Jacqueline a passé son enfance et adolescence dans le Médoc. Elle a deux passions, le dessin et les sciences naturelles. Son amour pour la nature l'a rapprochée de la région médocaine qu'elle affectionne particulièrement dès les années 2000.

Jaouen, Dominique
Plus connue sous le pseudo de MAMINOU, Blog : Le T Tit Monde de Maminou. Blog ouvert il y a 5 ans, essentiellement consacré aux loisirs créatifs (broderie, point compté, déco,tricot, etc) et ... Soulac et ses environs, sans oublier le phare de Cordouan embleme de ma bannière. J'habite dans la région bordelaise, passe vacances et WE d'été au Verdon depuis plus de 30 ans encore en activité (gestionnaire de ressources humaines) dans un service du ministère du développement durable. Ravie de participer modestement à la découverte de notre belle région.

Jouannet, Patrick
Correspondant du Journal du Médoc. Pourquoi je suis au Journal du Médoc?
1. Au début par hasard - j'avais croisé le sergent recruteur Jean-Pierre Gauffre (fondateur et ancien rédacteur en chef du journal, N.D.L.R.) - et aujourd'hui parce qu'ils (la rédaction, N.D.L.R.) veulent bien de moi. 2. Il faut des occupations à la retraite, situation qui laisse beaucoup de temps libre aux heureux bénéficiaires.
3. Il faut être un peu curieux (sans être indiscret) pour suivre toute
l'actualité des villages de son secteur. Et trois atouts non négligeables:
1. Une grande autonomie dans les propositions d'articles (on fait ou on ne fait pas, mais on le dit).
2. La pluridisciplinarité des sujets abordés (avec plus ou moins de facilité en fonction du thème) comme l'actualité, le sport, l'art et la culture, etc. 3. Il faut considérer cet engagement comme un « loisir rémunéré ». qui permet de rester au contact de la population active des villages (conseils municipaux, associations sportives et culturelles, manifestations diverses) et qui n'implique pas forcément (c'est à définir, notamment pour les engagements politiques) la cessation d'activités associatives personnelles. Et puis, quand on pense à remplir sa feuille d'indemnités mensuelles (humour), ça fait un peu d'argent de poche pour gâter les petits enfants. Ce n'est pas forcément l'essentiel (on n'en vit pas), mais c'est aussi un petit plus qui compte.

Jouini, Karim
Depuis 1997, date de mon premier brevet de pilote privé, j'ai volé sur plusieurs aéronefs, Cesna, Piper, Robin et A22 et Autogyre pour la classe ULM. Mon retour en France, après une carrière dans les secteurs Télécoms (13 ans) et Tourisme (12 ans) dans les Caraîbes et en Suisse, je souhaitais lier ma passion aéronautique à mes expériences commerciales (Sales & Marketing), c'est pour cela que j'ai créé O'FIL DE L'AIR avec comme "outil de travail" cette magnifique machine volante LA MONTGOLFIERE !

K



L



Lair, Jean-Christoph
Jean-Christophe Lair Dès le plus jeune âge j'ai commencé à naviguer sur la Garonne puis sur la Gironde découvrant ainsi le MEDOC par sa façade estuarienne. Je passe toujours une grande partie de mes journées au contact de l’estuaire ou de l’océan, passionné de sport nautique voile, surf, pirogue. Le choix de m'installer sur la commune de GRAYAN et L’HOPITAL a été en grande partie effectué pour vivre au plus près de la côte en osmose avec l’océan. L’atelier de fabrication de pièces en matériaux composite fonctionne depuis bientôt 25 ans, et nous a permis de nous enraciner un peu dans ce NORD MEDOC, pointe de liberté. La fabrication de bateaux a toujours tenu une place importante à STRATO COMPO, car dès la création de l’unité de GRAYAN de très nombreux projets nautiques ont vu le jour avec LALOU. Site de stratocompo : www.stratocompo.com

Larroche, Michel
Michel Larroche A une certaine époque, on le connaissait comme le médecin chantant … Pourtant, ce n’était pas la musique qui l’avait amené à l’opéra : bègue, il était venu au théâtre à l’âge de quinze ans pour en faire sa rééducation. Ce fut un succès, c’est devenu une passion. Après quelques années de conservatoire d’art dramatique puis de musique, il tourne avec des troupes de théâtre forain, en parallèle avec ses études scientifiques. Sa voix de baryton-basse ne passant pas inaperçue, il continue son parcours en devenant la doublure incontournable des basses enrhumées. Vient le moment où il faut choisir entre sa profession de médecin et sa carrière d’artiste. Par égard pour sa famille il met de côté la musique … A-t-il seulement fait le bon choix ? Quoi qu’il en soit, l’amour de la scène et de l’écriture de scénarios ne l’ayant jamais quitté, avec l’approche de la retraite Michel Larroche retrouve avec bonheur son côté déjanté, compte s’y remettre, monter des pièces music-humoristiques et retrouver la scène. Son rêve ? Son utopie ? Un orchestre médocain « à géométrie variable » permettant à des musiciens amateurs d’acquérir un niveau supérieur au contact de professionnel aguerris et aussi à des groupes et solistes chanteurs de se faire plaisir en étant vraiment accompagnés. Son constat en la matière ? Le public ne cherche pas la perfection mais le contact empathique avec la musique live. Ce qui le chagrine ? Les indisponibilités des uns, les égos hypertrophiés des autres et le gel des moyens qui constituent de sacrés freins ….

Latil, Jean-Claude
Je suis Occitan Provençal de Marseille, métropole multiculturelle par excellence. La culture sous tous ses aspects a toujours été pour moi d’un intérêt primordial. Peut-être, en partie, parce que je suis « à la base » bi-culturé, Français administrativement, Occitan naturellement de par mes origines provençales, et surtout bilingue. Je m’intéresse à la littérature, au cinéma, au théâtre, à la musique et donc à l’opéra. J’ai été parmi les initiateurs d’un ciné-club au Cnrs (Ah ! Les années 68 !) et de « l’Ostau dau País Marselhés » dans les années 90. Tout cela pour mieux faire comprendre mon attachement à l’utopie des Régions fédérées et à l’irremplaçable richesse de la diversité humaine.
Mon activité dans la recherche aura été essentiellement centrée sur la physique, plus particulièrement la mécanique des solides et, dans cette discipline, l’analyse et la modélisation numériques. Recherche constante des moyens de calcul les plus puissants. Les dernières années j’ai vu apparaître ce qu’on appelle le calcul parallèle, qui consiste à séparer la tâche en séquences élémentaires de faible encombrement, réalisables par des micro-ordinateurs, quitte à en faire l’assemblage pour obtenir le résultat final. Une fois à la retraite (voilà dix ans de cela), il me restait à m’amuser sur mon PC un peu étrange et débile pour moi. Mais le traitement numérique de l’image ayant évolué comme on sait, cela m’a permis de m’essayer à créer des composés à partir de mes découvertes (pierres, bois flottés) photographiées sur les plages médocaines. Car il y a longtemps maintenant que je fréquente ce Médoc qui me ravit, au point que je viens de m’y installer… L’océan, l’estuaire, le vignoble et même les forêts et les marais ne font qu’agrémenter la diversité humaine et la convivialité qui caractérisent le Médoc.


Lacroix, Catherine
Sculpteur professionnel, inscrite à la Maison des Artistes à Paris. Je vis et travaille à Soulac s/mer, en Gironde depuis 2003. Catherine Lacroix Mon parcours a été marqué au cours des 15 premières années par la volonté d'apprentissage du "métier" de sculpteur, dans la tradition des "praticiens" c'est à dire en travaillant dans des ateliers d'artistes professionnels. Ce fût une formation très classique au départ puis la participation à la réalisation d'oeuvres monumentales m'a permis d'aborder des techniques et des matériaux très différents, tels que fonderie de bronze, travail des métaux, et plus particulièrement les matériaux composites. Parallèlement à ces expériences, j'ai eu l'occasion de créer dans un centre de vacances un atelier d'initiation et de perfectionnement à la taille directe sur béton cellulaire et sur pierre ; cet atelier fonctionne tous les étés depuis 10 ans . Cette formule de "loisir créatif", pour reprendre un terme à la mode, se prolonge désormais tout au long de l'année dans mon atelier Soulac s/Mer avec des stages week-end principalement mais d'autres propositions sur des périodes plus longues sont possibles suivant les demandes.

Lescorce, Jean-Paul
Jean-Paul Lescorce, né à Soulac, d’une famille soulacaise de vieille souche. Guide touristique, membre du comité directeur de l’Office de Tourisme, collectionneur et grand connaisseur du passé de Soulac.

L'Hoëst, Déa
voir / siehe Vossbeck-L'Hoëst, Claudéa

M



Mangonaux, Sylvie
Sylvie Mangonaux Parisienne transplantée à Monta pour 3 mois réguliers de séjours d'été dès le monde de l'enfance, j'acquiers le goût du merveilleux Médoc à 6 ans (et demi, ça compte la demie). Il ne m'a tellement pas quittée qu'il fallait que je revienne m'y fixer après que bien des actes importants de ma vie se soient passés ici, berceau aussi de liens tissés avec l'Allemagne... Entretemps je ne me suis jamais éloignée de l'école, y sautant le pas du côté des enseignants. Je me perçois comme une retraitée dynamique, multi-active dans le monde associatif, ce qui est mon engagement citoyen à la vie de la communauté locale. Chevaux, voile, vélo se partagent mes jours avec la lecture, le cinéma ainsi que la curiosité du monde et des autres... qui sont mon intérêt principal : je connais tant de gens, encore plus me connaissent et je les aime tous, euh... presque ! Mon germain de mari et moi avons choisi le Médoc, terre métisse qui nous a accueillis, nous vivons heureux tous ensemble, mais 24 heures par jour ne suffisent pas à épuiser les "envies de faire" à Pauillac et alentours !

Messyasz, Richard
Né dans le Nord de la France, Richard Messyasz issu d'une famille de musiciens (mère pianiste et père trompettiste et contre bassiste à cordes) entame ses études musicales au Conservatoire National de Région de DOUAI (59) ou il obtient son 1er prix à l'âge de 17 ans. Admis au Conservatoire National de Région de Versailles à l'âge de 20 ans, durant 3 années, il est l'élève de Maître Roger Bourdin. Il poursuit une carrière militaire comme flûte solo à la Musique de l'air de Paris. En 1973, il est admis dans le corps des chefs de musique des armées. En 1983, il dirige d'abord comme sous-directeur, la musique de l'air de Bordeaux, puis comme Directeur jusqu'en 2003 où il prendra sa retraite. La musique est toujours sa passion et s'adonne à celle-ci à différentes occasions aussi bien comme interprète ou comme arrangeur. Il est aussi président du festival de jazz de Lesparre Médoc.

Milward, Patrick
Nous somme une familles avec deux enfants dont Amelia est la cadette. Nous vivons à Puteaux, en région Parisienne. Ma femme, Valérie, est entrepreneur, je suis moi-même cadre commercial passionné d'aérien et la soeur ainée d'Amelia, Philippine (13 ans), est plutôt passionnée d'équitation. Amelia a 11 ans et est une enfant enjouée et inventive mais très studieuse. Elle a baigné dans l'aéronautique depuis sa naissance mais n'a réellement commencé à exprimer son intérêt que depuis 3 à 4 mois. C'est notre passage dans le Médoc la semaine dernière qui m'a permit de lui mettre le pied à l'étrier en toute confiance avec Roger. Nous venons dans le Médoc depuis de nombreuses années où ma belle famille possède une maison depuis plus de 80 ans. Nous avons donc le coeur très bordelais, disons même médocain. J'ai découvert l'Aéro Club du Médoc en 2008 et depuis, je vole avec eux l'été. Avec le plaisir immense de découvrir les beautés de la région du ciel.

Monier, Annick
Je suis venue poser mes valises à Gaillan, dans un lieu naturel, au milieu des chevreuils, des oiseaux, des fleurs et des arbres, et a proximité de l'océan. Cet environnement que je connaissais depuis mon adolescence correspond à ma respiration. La vie m'a permis de découvrir de très nombreux paysages de l'extrême est au plus a l'ouest, du nord au sud, ayant eu la chance de me déplacer aisement. J'ai donc pu "voir" des choses très diverses et belles. Mon parcours professionnel m'a aussi permis de cotoyer des professionnels de la culture et artistes de haut niveau ce qui n'a pu que participer un peu plus a mon enrichissement. Pour ce qui est de mon goût pour la peinture, je dois dire qu'aussi loin que je me souvienne j'ai toujours dessiné et peint. Tout ce qui touche à cette discipline m'intéresse au plus haut point et les diverses facons de pratiquer aussi bien que pour ma part je reste fidèle à des moyens d'expression assez classiques.

Mora, Carine
"C Miss bois flotté" créatrice artisanale, 38 ans maman de 5 enfants de 2 ans1/2 à 19 ans 1/2. Passionnée d'art, je suis auto-entrepreneur, marchande ambulante. J'ai également aménagé mon garage en atelier - show room où je crée des objets divers en bois flotté : lampes de toutes tailles, miroirs, cadres, bougeoirs, guirlandes, sapins de noël, porte-manteaux, porte-clés, petit mobilier, salon de jardin... J'ai une préférence pour le travail fait main. J'anime donc des ateliers créatifs que je peux organiser dans mon atelier show-room, auprès des Comités d'Entreprise, Maisons de retraite, écoles ... Je parcours des kilomètres sur nos belles plages de la côte Atlantique, à Soulac sur mer (33) pour trouver de jolies merveilles de bois flotté, chaque bois étant unique et original.

Morlan-Tardat, Michèle
Je suis originaire du Médoc mais j'ai vécu et voyagé dans le monde entier, du Sahara au Vanuatu (Pacifique sud) en passant par les Indes, la Chine, le Brésil, le Mexique, l'Asie centrale, le Laddakh... Bref, j'aime l'aventure. Lorsque je suis devenue plus raisonnable, j'ai rejoint Bordeaux et j'ai travaillé dans les Musées (Arts décoratifs, musée d'Aquitaine). Depuis sa fondation, il y a 13 ans, je suis responsable des pages "Culture" du Journal du Médoc. Je préside l'association vertheuillaise "Les amis de l'abbaye" qui organise le festival estival "Voûtes et voix".

N



Naboulet, Xavier
Je suis natif d'une région voisine et j'ai passé plusieurs de mes vacances estivales dans le Médoc où j'ai vécu de merveilleux moments. Quelques années plus tard je suis de retour dans la région mais cette fois-ci pour y vivre ! Au fil du temps, à chaque moment de libre, j'aime prendre le temps de découvrir notre merveilleuse région à pied ou en voiture (voir aussi mon site web : Forum du Médoc.

Nauzin, Monique
Correspondante du Journal du Médoc
Nous voilà au huit cent cinquantième numéro... Et chose surprenante, je suis toujours dans la course et pas même essoufflée moi qui traîne la patte dès qu'il faut monter une vingtaine de marches et qui tape toujours sur mon clavier avec un seul doigt! Chaque rencontre, chaque article, est un enrichissement personnel, un plaisir toujours renouvelé même quand je sue sang et eau pour trouver les trois bonnes premières lignes, un angle d'approche original, une expression savoureuse ... Oh! il m'arrive de pester contre les comptes rendus des conseils municipaux surtout quand ils ont été très animés, contre le mot ou la phrase qui a été enlevée à la rédaction ... mais écrire, informer, partager, surprendre est un tel bonheur ... et c'est le seul antidote que j'ai trouvé à ma paresse intellectuelle!

O



P



Pilger, Catherine
Franco-allemande, 35 ans, née dans le grand nord de l'Allemagne. Ma famille maternelle est de Saint Vivien, ma famille paternelle de Berlin. Passionée des deux pays, des deux cultures et de voyages, de langues. Je suis prof à Darmstadt apres avoir passé une belle periode universitaire à Bielefeld. Je suis chez moi en Allemagne et en France.

Piombino, Raymond
Raymond Piombino Dans le Sud Médoc (Sainte Hélène et Castelnau de Médoc) depuis 2003 après 20 ans en Grande-Bretagne et 20 ans à Nice d'où je suis natif, je suis consultant indépendant en études marketing (Bordeaux Consultants International www.bordeaux-consultants-international.com) et spécialiste de marketing et communication de proximité via les réseaux sociaux (Médoc Marketing www.facebook.com/MedocMarketing). J'apprécie le territoire du Médoc qui compte de nombreux talents et compétences dans des domaines variés, une histoire, un patrimoine, une culture et aussi un potentiel économique inexploité notamment via les énergies renouvelables, cause que je défends via la commission 'Médoc Energies' du Club des Entrepreneurs du Médoc dont je suis membre.




Portal, Mathilde
On m'appelle Sax et je suis une grande passionnée de voyage, d'aventure, de mode, de chants, de danse... Tout ce qui me donne la force de sourire et me permet de rester en bonne santé. C'est ce qui m'a permis de créer mon blog Passionsetvoyages.wordpress.com pour que chacun puisse y raconter non seulement leurs expériences de voyages mais aussi leurs passions.

Pouyfaucon, Renée
Correspondante du Journal du Médoc
Dans la joie et la bonne humeur, la vie du correspondant de presse. Au départ de l'aventure du JdM, il Y avait une double inconnue: la création d'un journal local avec une équipe réduite de professionnels et celle d'une troupe de correspondants qui dans leur grande majorité ignoraient ce que l'on attendait d'eux. Difficile de parler de métier; on n'en vit pas, c'est plutôt un job, mais un job très addictif. En effet, qu'attend-on d'un correspondant, sinon qu'il pénètre partout, qu'il soit les yeux et les oreilles du journal, qu'il sympathise avec les élus, le monde associatif, sportif, culturel, qu'il soit capable de rédiger une brève en fonction du bréviaire: Se conformer à la règle du Où, quand, comment et SVp, pas d'adverbes... vous êtes Mac ou PC?, et fasse remonter les infos vers les journalistes qui savent, eux, comment les traiter? Sauf qu'au JDM, et peut-être en raison du faible nombre de journalistes et de la confiance (inconsciente?) de sa direction, on a laissé libre cours et leur plume, aux correspondants, qui ont donc appris à rédiger (puis à saisir) - outre les brèves et comptes rendus de séances ou de matches - des dossiers et même des portraits. Ils ont appris à enquêter, à relancer, à s'incruster. Ils ont découvert chez eux une insondable naïveté et près de chez eux une humanité, une population méconnue, dénoué les arcanes du pouvoir local, arpenté un monde souterrain de circuits et d'énergies et peu à peu appris à mieux comprendre sinan maîtriser le monde qui les entoure. Ce qui les caractérise le mieux, c'est sans doute cette inextinguible soif de comprendre et d'avoir des réponses qui tiennent la route. Oui, c'est un job, il vous bouffe toute votre énergie, celle de votre famille, parfois, mais vous pouvez toujours faire remarquer que si votre travail est reconnu, vous devenez un interlocuteur majeur dans vos activités parce qu'on vous reconnaît un certain bon sens. Ce n'est pas qu'une question d'ego. On a aussi besoin de jalons pour pouvoir se construire et c'est valable à tous les âges. Addictif, on vous dit ...

Q



R



Roffé, Annie
Je suis une artiste peintre autodidacte, passionnée depuis l'âge de 15 ans où j'ai découvert les oeuvres de Monet. Parallèlement à une vie active, j'ai toujours pratiqué la peinture... Outre le travail solitaire en atelier, j'ai toujours fréquenté et travaillé avec d'autres artistes car l'échange et le travail en commun donnent l'émulation nécessaire pour avancer. D'autre part je nourris ma passion régulièrement dans les musées, les galeries et les expositions. La nature est ma principale source d'inspiration. A ce jour j'ai cessé mon activité professionnelle et je réside dans le Médoc où j'ai intégré un groupe d'artistes paysagistes confirmés. Mon objectif est de transmettre le moment d'émotion que je ressens devant un paysage, un visage, une lumière, un arbre, l'ombre d'un chemin, une fleur...

Roulet, Eric
Eric Roulet Tot mainatge enlà, descobris lo conte e la musica per vias familhalas. A 11 ans, pratica la lenga occitana e adara, s'especialisa dens l'etnografia e la cultura occitana deu nòrd de Gasconha. Musician, tòca los instruments tradicionaus gascons com lo pifre e lo bohausac, e tanben la flauta traversau classica qu'ensenha. Eslhève d'Atarah Ben Tovim, hasot los estudis de musica dens las dralhas inglesas e es diplomat de l' Associated Board of the Royal Schools of Music. Creator, compositor e contaire de la companhia Gric de Prat on s'encarguèt de la publicacion de libes e disques. Pedagòg e especialista en educacion, es a l'ora d'ara professor de Sciéncias de la Tèrra.

S


Schneider, Guy-Maternus
Soixante treize ans, un peu trop par moment. De 1960 à 70 céramiste, pratique du grès de plein feu à la Borne (départ. du Cher pour les connaisseurs) qui occasionna des dizaines de décorations d'architecture. De 70 à 83 nouvel atelier dans la région parisienne, sculptures monumentales en béton et résines de synthèse. A la suite d'un énième renouvellement de compagne j'optais alors pour la Savoie où dans la foulée je changeais la dimension de mes sculptures (personnages en taille réelle) ainsi que de matériaux d'exécution, plâtre peint. Ceci dura quinze ans avec comme activité alimentaire un cours de sculpture lourd mais passionnant et des chantiers de décoration. En 97, ultime déménagement en Médoc avec toutefois la même épouse. Petites sculptures en acier et depuis quelques années, avec des techniques de menuiserie et de tournage acquises entre temps, j'utilise le bois pour dire mes états d'âme.

Schwichtenberg, Elke
DAS MEER La mer, la mer - toujours et encore, la mer. La mer en été avec se vagues enroulées pour plonger à travers, la mer en hiver dans les embruns de sa houle blanche d'écume, la mer au printemps, fraîche encore pour une baignade osée .... C'est ainsi que je le ressens depuis quarante ans. En vacances avec la famille, ici c'était le repos, le calme après les turbulences de Saint Nazaire ou de l'Ile d'Oleron. A l'époque j'avais écrit un poème avec commer dernière strophe : Ici je batirai ma maison. A l'époque c'était probablement un rêve, une idée folle. Aujourd'hui, je vis ici pour redécouvrir tous les jours la mer et la nature, voir comment elle change inlassablement avec les saisons. Ici je pars à la rencontre des gens, d'une langue, de nouveaux défis. Ici j'aime être, ici je resterai.

Ségatti, Gérard
Gérard Segatti, né en 1940, près de Lamotte Beuvron en Sologne. Etudes au Lycée Carnot à Paris. Interprète dans l’armée américaine à la base d’Orléans . Après 32 mois de service militaire en Algérie, Gérad Ségatti est engagé tout d’abord comme agent de planning agence Publicis Paris, sous la direction de Mr Marcel Bleustein Blanchet, puis comme chef de publicité sur des produits comme : Rosy, Nescafé, Grofillex, Old England,…. En 1965 il fonde sa propre agence de publicité, puis est responsable de l’édition au sein du Falcon Club qui édites des magazines pour les pays du Golfe. A près quelques années de retraite en Picardie (Villers Côtterets), il prend une retraite définitive dans le Médoc, dans le village de Bégadan où il est depuis 12 ans Président des anciens combattants. Correspondant du journal du Médoc il y diffuse chaque semaine nombre d’articles. Gérard Ségatti est également responsable de la communication pour l’association « Le comité des fêtes du port de By », à Bégadan, grande fête locale de fin août. Egalement il est en charge depuis l’an 2OOO de la communication pour l’association « Le Fil Rouge du Médoc », qui organise de nombreux spectacles et les élections de Miss Médoc et Miss Aquitaine avecd la muniicpalité de Lesparre. Chaque Dimanche matin Gérard prend le micro sur Aqui Fm ( 98.00), au cours de l’émission « dédicaces » pour mettre en avant les associations du district lesparrain.

Seguin, Christian
Journaliste, grand reporter au journal Sud Ouest et lauréat du prestigieux Prix Mumm qui récompense les meilleurs articles de presse écrite. Cet amoureux de la langue et des mots a communiqué à l'auditoire son amour des voyages et des gens, et expliqué la naissance de ses deux recueils : des textes initialement écrits pour un journal, « avec le destin de l'éphémère », mais que le directeur de L'Escampette, Claude Rouquet, a voulu réunir pour leur offrir une autre histoire... Christian Seguin exprime son goût des autres, son empathie et sa curiosité pour connaître et comprendre la diversité de l'humain, tout autant dans un village charentais qu'en Afrique ou en Asie, comme dans son dernier livre-reportage dans la Chine des JO de 2008. « Explique-nous ce qu'est un Chinois », lui avait demandé Sud Ouest : grâce à son regard d'ethnologue, à son humour mêlé de tendresse et au ton unique de son écriture, il en a fait un régal à déguster .

Sirougnet, Bruno
Bruno Sirougnet a 63 ans il est marié et a deux enfants. Il est un jeune retraité depuis 2 ans. Il est un enfant du pays. Il a terminé sa carrière professionnelle au poste de Superviseur Qualité dans le secteur joaillerie de la prestigieuse Maison Cartier à Paris. Le virus de l'astronomie l'a atteint dans les années 90 lorsque, nuit après nuit, il a découvert ce monde obscur plein de mystère mais...tellement passionnant.

T



Tabuteau, Jacqueline
Tabuteau, Jacqueline Après 34 ans passés dans un collège du ….Sud-Médoc (St Médard en Jalles), les hasards de la traduction m’ont amenée cette année (2016) vers Gaillan, et m’ont fait découvrir Médoc-Actif : chapeau bas à cette association si bien nommée, et à tous ceux qui font vivre ce coin d’Europe entre Gironde et Océan. Au plaisir de retravailler avec vous !



Tandille, Alain
Alain Tandille Né le 8 mars 1940 à TUNIS dans une famille franco-sicilienne. D'une jeunesse et d'une adolescence en Algérie il a gardé l'image des injustices quotidiennes dans un décor enchanteur à 22 ans il découvre la France, à 27 ans la gironde, à 32 le médoc, à 60 l'amour à Listrac et maintenant la vieillesse à Vertheuil, mauvais élève, rétif à la discipline, intolérant, on lui a toujours dit qu'un jour il s'améliorerait, à 18 ans il se voyait décorateur et metteur en scène de théâtre, il fut dessinateur de lieux, sans passé mais non sans racines, il s'attache à faire vivre celles du centre médoc.

Tron, Gérald
Né à Saïgon en 1953 d’un père français et d’une mère chinoise, Gérald TRON, après une prime jeunesse au Sénégal, poursuit ses études à Paris. Il sillonne ensuite l’Europe de Saint-Petersbourg à Saint Andrews, de Vienne à Oslo. Marié et papa de sept enfants, c’est au cœur du Médoc, non loin de Pauillac que Gérald a installé sa famille. Depuis 1984, ses aquarelles parcourent le monde entier. Aquarelliste de métier, citoyen du monde, à l’aise partout, mais réellement de nulle part, il rêve d’un univers sans frontière.

U



V



Vossbeck-L’Hoëst, Claudéa
Vossbeck-L’Hoëst, Claudéa Plurilinguiste, auteur trilingue, musicienne, psycholinguiste, équithérapeute et -pédagogue, je partage ma vie avec les chevaux. Actuellement il y en a dix-huit, presque tous des rescapés qui ont trouvé une nouvelle vie au sein de notre association Action Centaur‘ Aquitaine. J’aime écrire, chanter, jouer au violoncelle quand je peux trouver le temps, et me laisser inspirer toujours et encore par de nouvelles idées … Née à Cologne en Allemagne, ma vie a fait le grand écart entre la campagne pour la vie et la ville pour les études : en France, Allemagne et Angleterre, avec un cursus universitaire en linguistiques étrangères, psycholinguistique et psychopédagogie, spécialisation équestre. En 1982 j’ai découvert le Médoc et m’y suis installée avec ma petite famille franco-allemande dès 1984 : Port de Richard, Hourtin-Plage puis Saint Yzans de Médoc sont devenu mes ports d’attache. J’ai toujours aimé avancer en pionnière, que ce soit dans ma vie privée, en professionnelle indépendante ou au sein d’associations dans lesquelles je suis engagée : pour la pédagogie de l’environnement, une équitation basée sur la découverte et adaptée aux besoins des chevaux, la communication avec les chevaux et à travers eux, une approche énergétique de la santé animale, jusqu’au développement d’activités créatives plurilingues. Et j’aime participer à la dynamique de Médoc Actif.

W



Wajder Trouche, Sylvie
Avec mon ex mari nous avions fabriqué un bateau pour partir voyager et comme un bateau de 8 m 20 ne se range pas dans un appartement et que nous devions le terminer, j'ai trouvé ce petit coin de forêt médocaine, il y a 27 ans. Mon capitaine et mon bateau se sont envolés !!!!! Je suis toujours présente dans une vieille bergerie de plus de trois cents ans cernée de chênes et de pins, de chevreuils, de sangliers et parfois il faut le dire de chasseurs. J'adore l'art et les artistes, j'ai moi-même une fille artiste. J'ai donc voulu partager ce lieu magique et ma passion avec les autres : les Bergères notre association a vu le jour. J'espère un jour vous recevoir pour un spectacle de mime, une balade contée, une lecture, du théatre, un concert, que vous soyez public ou artiste se sera avec joie.

Wiame, Sarah
Je suis très attachée au Verdon, lieu de résidence qui je partage depuis plus de vingt ans avec Paris. Dans ces espaces du Verdon il y a comme une énergie qui se détache de la mer, de la forêt...

XYZ