Vendange dans le Médocc

 

Weinlese

Weinlese

Weinlese

Weinlese

Weinlese

Weinlese

Depuis plusieurs années, j'avais l'intention de participer aux vendanges. Mais il y a toujours des contre-temps...

Enfin l'année dernière, j'ai pu réaliser mon rêve. Cependant mon enthousiasme initial - de travailler dans les vignes pendant 2 semaines - a été freiné par un ami. Combien cet avis recommandé a été utile, j'en suis aperçu plus tard. Il m'avait conseillé de ne travailler que 2 jours pour me faire une idée d'abord. Il m'a dit textuellement: "Ilona, si vraiment tu veux travailler la-bas 2 semaines, tu ne pourras rien faire d'autre après...tu ne pourras plus d'occuper de ta famille, non plus de tes animaux, ni du travail à la maison, ni de ton mari. Tu sera si épuisée que tu ne pensas qu'a dormir..." Ma première réaction fut que tout cela était une blague. une sottise et que je réussirai. Mais aujourd'hui, un an plus tard, je lui suis reconnaissante de ce conseil.

Grâe à ces contacts, j'ai eu la possibilité - avec 7 autres personnes enthousiastes - de travailler sur une petite propriété à Pauillac. La famille pour laquelle, j'ai travailler, est l'une de 5 familles qui livre les grappes à la coopérative de Pauillac, qui produit le merveilleux vin La Rose de Pauillac.

Et je dois avouer que c'était incroyablement fatiguant et qu'a la fin de le première journée, j'ai pleuré d'épuisement. Mais ça fut aussi une très belle experience. C'était le mélange parfait entre un dur effet corporel, la rencontre de gens admirables et la conscience de participer à la naissance d'un produit délicieux et de valeur.

Le travail pénible a été interrompu par un repas pris en commun autour d'une longue table bien garnie. Après 2 jours de travail pendant lequel nous avons récolté 6 tonnes de raisin sur 2 hectares, nous avons fêté la fin de la vendange avec champagne et huitres! Et pour finir, l'un des propriétaires a été chercher son petit kart du garage et chacun était autorisé se balader une fois parmi les vignes.

Ilona Kupp-Lieck (Grayan), traduction: Françoise Tiemann