Projet : jeune entrepreneur

 

jardiniers En Médoc les habitants n'ont pas besoin de jardiniers, ils travaillent eux-mêmes la terre, et beaucoup de retraités - originaires de régions nordiques - se sont installés ici pour vivre dans la nature, cultiver leur propre jardin, les conditions climatiques y étant très favorables. De fait, en dehors de l'entretien des parcs des grands Châteaux ou de quelques terrains de golf, monter ici une entreprise de jardinage ne parait pas très prometteur.
Cependant il nous a fallu une aide pour notre jardin et donc nous avons fait appel à Marc et Julien. Marc – comme il s'est avéré ensuite – n'a pas de formation spécialisée mais est déterminé à faire quelque chose par lui-même. Quant à Julien, ancien personnel qualifié à Jardiland, il est las d'être un simple employé.

Julien et Marc ont monté leur affaire officiellement en société, ce statut leur permet de travailler pour d'autres sociétés, tels les Châteaux. Ce n'est pas facile de monter une entreprise et de la gérer avec succès pendant les trois premières années car c'est en réalité le test de valorisation finale (un grand nombre de projets échouent durant cette période). On doit remplir une multitude de formulaires, vérifier l'adéquation aux critères imposés, éventuellement s'y ajuster. Il faut se faire une clientèle, investir (bien qu'on ait encore peu de revenus) et faire preuve de beaucoup de courage pour ne pas abandonner devant les risques encourus.

jardinier Nous en avons conçu un grand respect pour leur engagement et leur façon d'établir leur trajectoire professionnelle : Julien est celui qui conseille le client tout en sachant se servir des outils et Marc apprend. Si l'on considère que le Médoc n'est déjà pas une région facile pour monter une entreprise, pour les jeunes et ceux qui n'ont pas beaucoup de moyens il est particulièrement difficile d'y planifier une carrière d'entrepreneur. Il nous reste à souhaiter persévérance et réussite à ces deux jeunes gens ainsi qu'à tous ceux qui veulent aller dans cette direction. Au vu du travail effectué dans notre jardin, ils le méritent !

Christian Büttner / Elke Schwichtenberg (Saint Vivien), traduction: Guy-Maternus et Françoise Schneider