Les grottes de Majolan

 


carte

Grottes de Majolan 1

Grottes de Majolan 2

Grottes de Majolan 3

Grottes de Majolan 4

Grottes de Majolan 5

Grottes de Majolan 6

Grottes de Majolan 7

Grottes de Majolan 8

Aujourd-hui le ciel avait l' air si tourmenté que je me disais qu'il allait se mettre à pleurer. Et puis, non, il a même retrouvé son sourire d'azur agrémenté de petits nuages blancs à l' air badin. Il y avait bien au fond de moi une voix ténue qui me disait :" c'est un temps à giboulées quand même ! "Mais je la faisais vite taire: "ces giboulées ne sont plus de Mars, donc... pas de guerre à craindre de leur part". Et appareil photos dans la poche, je suis partie à cinq kilomètres de chez moi, au parc de Majolan à Blanquefort. Entrée par le portail nord, le ciel s' était assombri, mais qu' importe ! J'ai eu à peine le temps de prendre une photo que j' étais mouillée comme une poule. L'eau du Ciel venait rendre une visite impétueuse à l'eau de la Terre.

Ce parc, réalisé entre 1870 et 1880, est un pur exemple de parc romantique baroque. Il a été élaboré sur un marécage, et la Jalle, petit estey qui passait par là, a été détournée pour créer le lac. Je décide de suivre la rivière. Les arbres se penchent vers elle; c'est pour s'y mirer. Quel narcissisme !!! Des nénuphars paressent, en attendant de fleurir à nouveau. Un superbe marronnier d'Inde déploie ses troncs et ses branches, orgueilleusement dressé au bord du chemin. J'arrive à un coude de la rivière. Un peu plus loin, j'aperçois des ruines; un vieux château peut-être hanté, car je vois des canards s'enfuir à toute allure.

Pendant ce temps, la pluie a cessé, il y a même du ciel bleu. Aurai-je eu raison de défier les giboulées ? A ma droite, on voit quelques arpents de vigne; nous sommes en Médoc, et elle n'est jamais loin. On aperçoit même les toits du château. Une grande prairie, plutôt détrempée aujourd'hui, est propice aux jeux de ballon et aux pique-niques. Et, enfin, je les vois... les fameuses grottes de Majolan. Mais, pendant ce temps, le ciel s'est à nouveau chargé; il ne va pas tarder à déverser son eau. Je vais essayer de trouver un abri sous un arbre bien feuillu.

La pluie tombe avec moins d'intensité, je vais rejoindre les grottes; Ces grottes, qui semblent si naturelles, sont en réalité artificielles. Elles furent construites en 1880, à la chaux hydraulique. L'eau du lac pénètre sous elles. Elles ajoutent au romantisme du parc. Il y a même une grotte cachée qui apporte sa part de mystère et d'aventure. Que recèle cette noire béance ? Qu'est-ce qui se cache au fond de sa noirceur ? Tout pourtant, semble riant autour.

Je grimpe vers le sommet, et vois, en contrebas, des canyons miniatures, et même une petite cascade dont le chant se mêle à ceux des nombreux oiseaux, qui se moquent bien du mauvais temps. Mais voilà que le ciel s'assombrit à nouveau ! Décidément, il ne m'est pas bien clément ces jours-ci ! Je présage qu' une nouvelle douche va s'abattre sur moi. Je fais floc-floc dans mes chaussures. Comment me rendre imperméable, ou mieux, invisible à la pluie ?

Le lac lui-même prend une couleur de plomb fondu. Mais je crois qu'il s'agit d'une fausse alerte, le vent, déjà, éclaircit le ciel. Je contourne les grottes, faute de pouvoir entrer les explorer, car, malheureusement, ce n est possible que les week-ends ou les jours fériés. Je vais profiter de l'éclaircie pour suivre le sentier du bord du lac, après une petite halte.

Simone Casabon (Le Taillan)

source : http://www.divagations-et-balades.com/