Le seigneur Margaux

 

carte

seigneur

seigneur

Il est le roi incontesté des terres qui s' honorent de l'appellation Margaux. La route des châteaux Le château est une belle demeure d'inspiration palladienne, qui donne une impression d'équilibre harmonieux, que le vin produit ici reflète parfaitement. Construite entre mil huit cent dix et mil huit cent seize, elle s'offre au soleil au bout d' une belle allée, bordée de hauts platanes.

Elle est caractérisée par un escalier monumental, et sa façade a été classée monument historique. Un péristyle de taille imposante, présente un fronton triangulaire soutenu par quatre colonnes de style ionique.

Au XIIème siècle, les lieux étaient occupés par une forteresse. Cet endroit portait alors le nom de " mothe de Margou ". Il était prédestiné à produire un grand vin, car, dans le plat pays qu'est le Médoc, les meilleurs se cultivent sur les pentes qui assurent un meilleur drainage.

Ce n'est qu'au XVIème siècle, grâce à Pierre de Lestonnac, que le vignoble devint plus structuré, et ce, en dix ans de labeur, de mil cinq cent soixante douze à mil cinq cent quatre vingt deux. Et dès la fin du XVIIème siècle, Margaux devint un haut-lieu de l'art d'élever du vin.

Le siècle d'or fut le XVIIIème. Margaux fut le premier vin vendu chez Christie's à Londres. Le ministre anglais, Sir Walpole, en achetait dit-on, quatre barriques par trimestre, mais...oubliait parfois de les payer

Château Seigneur Margaux Puis, la renommée de Margaux franchit l'océan Atlantique, et l'ambassadeur des Etats Unis, Thomas Jefferson, vint visiter le château et se délecta d'un Margaux 1784 qu' il avait acheté. D'ailleurs, n'a - t'il pas le nez un peu rouge ?

La Révolution française mit fin à cet âge d'or. Elie du Barry, comte d'Hargicourt, seigneur de Margaux, fut décapité par la Terreur jacobine qui sévissait à Bordeaux. le domaine fut vendu comme bien national. Les propriétaires successifs le dilapidèrent et laissèrent même mourir les orangers.

En mil huit cent trente, pour la première fois, un banquier acheta le domaine. Il avait nom Alexandre Aguado, et était le mécène de Rossini. Celui-ci composa une zarzuela : " le château de Margaux ". (que j'ai cherché en vain) Puis vint Napoléon III. Ce fut lui qui promulgua le fameux classement des vins rouges du Médoc, en mil huit cent cinquante cinq. Margaux fut le seul des quatre châteaux classés Premiers Grands Crus, à obtenir la note de vingt sur vingt. L'âge d'or revenait, favorisé aussi par la construction de la ligne de chemin de fer Bordeaux / Paris.

Ce classement perdure aujourd'hui, et Margaux est souvent considéré comme le meilleur vin du monde. Et si la fantaisie vous prend de déguster un Château Margaux, n'oubliez pas qu'il se boit chambré à dix huit ou dix neuf degrés, comme tous les autres grands Bordeaux rouges.

Simone Casabon (Le Taillan)