Le trésor de l'abbatiale

 

carte

1. Le déambulatoire, unique en Médoc, qui accueillit tant de pèlerins en route pour "Le champ de l'étoile", Compostella, semble bien désert. Sarah Wiame, qui a investi les salles voisines de l'abbaye pour y installer 2009 ses oeuvres peintes scrute les murs nus, comme absents. Des chiffres romains y semblent égarés.
Ils sont les seuls témoins du chemin de croix qui, jadis, rappelait aux fidèles la Passion du Christ.
Devant l'intérêt qu'elle manifeste, le maire, Rémi Jarris, lui ouvre la porte de la sacristie où, depuis des décennies, il est entreposé. Et c'est l'émerveillement. Quatorze tableaux, peints sur tôle de fer, comme autant d'icônes, s'offrent à ses regards.
Des scènes puissantes, aux détails évocateurs, des personnages magnifiques d'humanité ou de cruauté, des tons affirmés, or et cinabre, bistre et sinople, céruléen et flavescent...
Sarah, bouleversée et conquise, comprend soudain que dans ces oeuvres, réalisées par un inconnu voilà presque deux siècles, se trouve l'explication. La raison qui fait qu' en pénétrant dans cette église dépouillée, l'on est saisi par un sentiment d'absolu, de sérénité, de profonde harmonie, d'évidence. Elle prend alors la décision d'apporter sa version au Mystère qui depuis deux mille ans constitue l'ossature de toute spiritualité.
Le peintre anonyme du XIX ème siècle sera l'invité majeur de Sarah. C'est avec lui qu’elle veut croiser son regard, pour donner une vision contemporaine d'une Histoire qui est la base de notre civilisation.

Michèle Morlan-Tardat (Vertheuil)

2. Pour compléter l' exposition 2010 : « Regards croisés » avec « l’invité majeur » ce Peintre anonyme du XIXe siècle, exhumé et sorti de l’oubli, j’ai invité des poètes et des artistes contemporains du XXIe siècle. Alain Péclard a vu le chemin de croix lors de sa découverte en août 2009, il décide donc de créer pour cette exposition « son chemin de croix » sous la forme d’une installation qui mêle peintures et sculpture. Eva Gallizzi, xylographe qui grave le bois pour faire ses gravures a choisi de travailler sur le thème des stalles en bois sculpté de l’Abbatiale, sculptures primitives et archaïques, Basile Péclard, peintre, réalise ses « architectures » sur l’ombre et la lumière avec encres et pastels. Les poètes, Sylvie Latrille avec une suite de poèmes, « L’eau de soleil » et « L’accroupie », Michèle Morlan-Tardat avec un texte sur l’ensemble du site « La nuit du Patrimoine » et une suite de poèmes « Allons enfants… » et Muriel Verstichel qui crée une suite de 14 poèmes, les XIV stations du chemin de croix, sont des poètes avec lesquels je réalise des livres d’artiste.

Sarah Wiame (Paris)