Misa Tango : un moment de grâce

 

carte

Misa Tango

En cette fin de dimanche après-midi du mois de mars, je me hâtais sur le parvis de l’église Notre-Dame de Lesparre : ce soir avait lieu la représentation de l’œuvre de Martín Palmeri, Misa a Buenos Aires, également appelée Misa Tango, sous la direction d’Anne Fontana.

A mon arrivée, l’église était déjà bien pleine, et je croisai mon ami qui chante au sein de l’ensemble vocal Ariana-Médoc. En effet, les choristes de l’ensemble vocal mixte Ariana-Médoc étaient venus interpréter cette messe particulière qu’est Misa Tango : une composition écrite par Martín Palmeri en 1996 dans le style du Tango Nuevo, style créé par Astor Piazzola dans les années 1960. Et justement pour débuter le concert, quelques morceaux d’Astor Piazzola, par France Desneulin et l’orchestre Passion Tango, dont le fameux Libertango.

Déjà les sonorités envoûtantes du bandonéon de Gilberto Pereyra envahissent tout le chœur de l’église et se font écho dans la nef, réchauffant les spectateurs.

Mais voici que commence la messe proprement dite. Car tous les éléments d’une messe traditionnelle en latin sont bien là, du Kyrie jusqu’à l’Agnus Dei ; seulement, le compositeur argentin les a arrangés à sa manière, en écrivant une partition pour chœur, orchestre à cordes, piano et bandonéon.

Les premières notes vocales du Kyrie s’élèvent vers le ciel de l’église, appuyées par les accents entraînants du bandonéon, le tout magnifiquement relevé par le piano et l’orchestre à cordes (violons, alto, violoncelle, contrebasse) : quel enchantement pour nos oreilles ! Puis vient le Gloria, qui nous fait découvrir la cantatrice mezzo Eugénie Danglade dont la voix grave et suave fait vibrer jusqu’aux vieilles pierres de l’édifice.

Cela continuera ainsi, pendant près de 40 minutes, les morceaux se succédant les uns aux autres, sur un rythme dansant et envoûtant, résonnant sous les voûtes néo-gothiques, nous plongeant dans une profonde émotion.

Et l’on se dit : c’est déjà fini ? Un tonnerre d’applaudissements retentit, s’ensuit un dernier rappel initié par la talentueuse Anne Fontana. Merci, mes amis, de m’avoir invitée à venir vous voir chanter, j’ai eu grand plaisir à passer ce merveilleux moment en votre compagnie, un moment magique.

Et je rappelle que la magie opérera de nouveau le 2 juin à Soulac.

Isabelle Cabirol (Lesparre)