Apprendre l'un à l'autre

 

carte

En Médoc, il y a - mis à part les autochtones et des Français venus d’autres régions -beaucoup d’Allemands, d‘Anglais, de Hollandais, de Belges mais aussi d‘autres nationalités qui ne se rencontrent pas facilement parce que personne ne parle la langue de l’autre ou n’ose pas baragouiner… Avec les deux exemples suivants, nous essayons de montrer comment on peut installer une relation productive en Allemand/Français/Anglais - conversation amicale ou soutien scolaire - que nous appelons « tandem ».

sprachtandem 1 Tandem 1: Le Médoc - terre de rencontre... (auteur : M.)
J. est anglaise, M. est française. Le début de leur aventure est encore source de taquineries tant cette rencontre fut surprenante, inattendue et fortuite !
Les premiers temps, après le rituel café partagé entre les deux femmes et leurs maris, dans un climat de franche cameraderie, quelques difficultés sont apparues pour se parler, se comprendre.
Très vite, une idée s'impose à J. et M. : Travailler ensemble et conforter la pratique de leurs langues respectives, apprises durant les années de lycée...
Depuis sept ans chaque été J. et M. , se rendent à bicyclette à la cabane du port pour échanger ; quand J. parle en français M. lui répond en anglais, et vice versa. Une proximité amicale s'est instaurée faite de confiance, d'humour, de partages et de rires...
Au fil de temps, cette amitié s'est enrichie de la présence des maris, des amis, parfois des familles...
Voilà le témoingnage. pour Médoc actif d'une expérience toute simple et riche sur le plan humain. La suite appartient à l'avenir, à la vie !

sprachtandem 2 Une maman Française cherchait un soutien scolaire en Allemand pour sa fille. Nous avons proposé l’aide d’une amie allemande, qui en a profité pour parfaire son Français.

Tandem 2: profiter des immigrants
On m‘a déjà demandé si je pouvais apporter un soutien scolaire en Allemand à une élève de Pauillac (15 ans), l‘idée me plaisait car je souhaitais avoir l’occasion de parler Français au quotidien. Débutante, j’ai pensé à un tandem franco/allemand avec une Française et j‘ai envisagé cette possibilité avec cette jeune élève. Mais c’était trop difficile parce qu’elle débute ses cours d’Allemand et j’ai remarqué que mon Français est trop primaire. En plus, il y a la différence d‘âge...
Elle venait à la maison avec ses livres et ses devoirs scolaires. C’était très fatiguant de me mettre à son niveau scolaire. De plus, la situation ne correspondait pas à ce que je souhaitais comme tandem. Mais avec Werner, mon époux et professeur, elle a trouvé la personne adaptée à ses besoins. Donc Werner apporte un soutien scolaire à cette jeune fille.
Moi, j’écoute et je discute avec la maman - qui amène sa fille chez nous. Nous apprécions toutes les deux ces échanges et finalement, je suis ravie que ce contact franco/allemand.

Résumé : On peut apprendre une langue même à l’âge d’être grands-parents ! Même si parfois il semble rébarbatif, fatiguant, décourageant, un échange franco/allemand régulier et amical peut devenir une relation sympathique si la communication et la « chimie » de la relation fonctionnent bien ! Ainsi le tandem peut perdurer et devenir un succès…

Christian Büttner (Saint Vivien), traduction : Dominique Rouyer