C’est la fête aux Tourelles

 

carte

Ce soir, jour de notre atelier lyrique dirigé par Martine March, notre prof de chant, c’est notre tour d’investir les tours du bâtiment de nos mélodies. Audition signifie que les parents peuvent venir apprécier les progrès de leurs chérubins. Pour nous chose difficile d’amener nos parents pour qu’ils puissent être fiers de nous : beaucoup d’entre nous ont l’âge de la retraite ou presque et sont mamies papis. Avec une passion en commun : chanter à gorge déployée. Ouvrir la gorge, détendre le larynx tout en faisant marcher la pompe à air inspiration-expiration fait partie des techniques capitales et il y a bien des élèves de chants qui venaient au départ juste pour une rééducation de la voix afin de pouvoir mieux s’exprimer en public.

Travailler la voix, apprendre à l’utiliser pour chanter pour de vrai, sans se casser sa voix, c’est trouver sa voix. C’est aussi apprendre à prendre sa place et avec ça trouver une joie qu’on ne soupçonnait pas.

C’est la samba brésilienne…

qui permet aux Médocaines
sans avoir l’air d’y toucher
de danser, de chanter
et de joyeusement s’éclater

Notre Louis Mariano ce soir s’appelle Gilbert. Il est bien vrai que lui comme nous, on s’éclate avec Martine ! On ne se prend pas pour des stars, mais on fait comme si. On se donne le droit de chanter de beaux airs intemporels, en solo, en duo, en groupe et le plaisir y est. Et toujours de nouvelles grandes ou petites découvertes. Alexandre, celui qui ne veut pas lâcher son texte alors qu’il le connaît par cœur, avec sa voix de jeune garçon immensément expressive, vibrante de justesse. Sylvestre et Martine qui font les pitres dans Le Plus beau tango du monde …, Marie-Lou, comme toujours notre vedette avec sa voix lyrique qui a vu la scène dans tous ces états alors que nous, on s’y initie timidement quelque soit notre âge.

Demain sera un autre jour. Demain, ce sera vraiment notre soirée. Soirée latino, et des tapas en prime. Demain, nous serons vedettes. Sur scène, tous ensemble, soudés par notre plaisir partagé et une maitresse complice de tous nos fantasmes lyriques malgré tous nos couacs. Que la fête continue !

Déa L’Hoëst (Saint Yzans)