Amelia - premier vol

 

carte

Mon prénom est Amelia et je souhaitais vous conter mes débuts aéronautiques. Mon père est un passionné depuis sa tendre enfance et pilote depuis un peu plus de 10 ans. Mon prénom a même été inspiré de celui d'Amelia Earhart, cette célèbre aviatrice américaine qui a développée l'aviation au féminin par ses premières vols incroyables pour l'époque. Avec tout cela, forcément, je suis tombé dans la marmite de l'aviation toute petite comme un certain personnage de BD. Il y a 3 mois j'ai demandé à mon père à quel âge on avait le droit de commencer à piloter car j'avais de plus en plus envie, moi aussi de voler. Il m'a dit que j'étais encore un peu jeune car on ne pouvait pas passer son brevet à mon âge. En effet, 11 ans c'est un peu jeune. Mais j'ai quand même envie, alors j'ai reposé la question plusieurs fois. Avec un peu de chance la réponse allait changer !

Il y a quelques jours, mon père m'a annoncé qu'il allait descendre dans le Médoc pour aller voler avec un club qu'il affectionne particulièrement, l'Aéro Club du Médoc. Il m'a proposé de venir avec lui. On a décollé de Pontoise en région Parisienne pour aller jusqu'à Lesparre Saint Laurent Médoc. On a tout de même fait une petite escale à Cholet pour déjeuner. Le lendemain de notre arrivé il avait un rendez-vous avec l'instructeur du club pour être lâché sur le DR400 mais il m'a fait la surprise de m'organiser ma première leçon de pilotage avec un instructeur. Mon premier vol sans lui. J'avais un peu le trac, et un peu peur, mais j'étais bien contente aussi. Et puis il a choisi de me faire commencer sur ULM avec un instructeur qu'il admire beaucoup et dont il rêve de n'avoir que la moitié de l'expérience ! Roger Ricard à volé sur plus de 135 types d'appareils et a plusieurs milliers d'heures de vol. Un instructeur en or quoi ! Avec Roger, nous somme allé voir le G1 sur lequel j'allais voler. C'est un très bel aéronef bleu et jaune avec un dragon sur l'empennage. Après avoir vérifié l'appareil nous somme partis tout de suite en vol et il m'a laissé faire le décollage (en m'aidant tout de même), nous sommes allés faire ce qui s'appelle de la mania. Le premier décollage c'était excitant. Pendant la mania j'ai appris qu'il se pilote avec un manche à balais mais que les pieds sont importants aussi. D'ailleurs, après j'ai dis à mon père que lui n'utilisait pas assez les pieds sur son Cessna ! Sur le petit ULM on ressent tout tout de suite et le moindre mouvement sur les commandes fait bouger l'appareil, c'est impressionnant mais avec Roger j'étais rassurée. Assez vite nous sommes revenus pour nous poser mais là c'est Roger qui était aux commandes, je ne suis pas encore prête à ça. Après avoir rangé le G1, nous avons discuté du vol pour continuer à apprendre, mais pour moi tout était magique.

Et en plus la magie ne s'est pas arrêtée là. Un peu plus tard, Monsieur Jean-Loup Chrétien, le premier spationaute français, de passage sur le terrain, a accepté de signer mon carnet de vol et de parrainer ainsi mes débuts de pilote. Quelle chance !

Le lendemain, deuxième leçon, toujours aussi magique et je commence déjà à comprendre plus de choses. C'est pas facile parfois mais Roger m'explique bien. Nous avons même fait un décrochage. Mais comme un parrain ne suffit pas, au retour de ce deuxième vole c'est un deuxième parrain qui m'attendait. C'était Monsieur Patrick Baudry, deuxième spationaute français, qui lui aussi, très gentiment, a accepté de signer mon carnet de vol. Maintenant, sur mon carnet de vol j'ai un petit commentaire de deux spationautes et d'un instructeur fabuleux. Je ne connais pas de pilote aussi chanceux que moi et même mon père est jaloux. Pour les commentaires, je les garde pour moi car j'en suis trop fière ! Vivement mon prochain vol !

Patrick Milward, validé par Amelia (Puteaux)